« L’Amour d’une femme n’est que tendresse »
Strehler

Mary’s à Minuit c’est cette femme que l’on peut croiser partout. Cette femme qui attend, attend que Maclaren passe la voir et qui peut-être un jour l’aimera, la serrera dans ses bras une seconde ou deux.
Cette femme qui lutte avec sa solitude.
Elle combat, elle ne tombe pas.
Cette femme enfant, bancale et fragile mais tellement vivante.
Elle parle, elle nous parle peut-être pour maintenir le désespoir à distance ?
On a envie de l’écouter Mary, nous raconter ses souvenirs, ses « vrais mensonges », ses rêves et ses cauchemars.
Elle est drôle, attachante et terriblement lucide.

La Montagne en parle